Le BMX (Bicycle Moto Cross) ou Bicross est né aux Etats-Unis en 1970. Il a été introduit en France en 1980 puis reconnu comme « Sport de Haut Niveau » en 1988 lors de son intégration à la Fédération Française de Cyclisme. A l’instar d’autres sports, le BMX, comporte plusieurs disciplines parmi lesquelles on peut y trouver la RACE et le DIRT.
– La Race est la discipline originelle du BMX. Elle se pratique sur une piste d’une longueur d’environ 400 mètres parsemée d’obstacles divers.
– Le Dirt consiste à effectuer des enchaînements de sauts sur des bosses très raides. Il est pratiqué dans des « champs de bosses » aussi bien par les « Dirters », pour y effectuer diverses figures, que par les « Racers » dans le cadre de leur entraînement pour parfaire leur technique.

La Race à elle seule représente environ 90 000 licenciés dans le monde. En France on compte approximativement 12 500 pilotes, 260 clubs, 350 pistes permanentes et est quantitativement le deuxième pays derrière les Etats-Unis. Après les Championnats d’Europe en 2003, la France a accueilli les Championnats du Monde en 2005 au Palais Omnisport de Paris Bercy. Pour la première fois aux Jeux Olympiques à Pékin en août 2008, Les deux françaises ont remporté les médailles d’or et d’argent pour faire de la France le pays leader dans le monde en terme de résultats.

Une course se déroule en 3 manches qualificatives (les 8 mêmes pilotes prennent place sur la grille de départ à des emplacements différents). A l’issue de ces manches, les 4 premiers sont qualifiés pour la suite de la compétition qui se déroule alors par élimination directe jusqu’à la finale. Chaque manche dure environ 40 à 50 secondes. Les meilleurs pilotes peuvent atteindre des vitesses de pointe de l’ordre de 60 km/h. Les obstacles, construits en terre, peuvent atteindre 3m de haut et jusqu’à 9m de long. Sur ce type d’obstacle, les pilotes peuvent s’envoler durant plus d’une seconde à des hauteurs qui peuvent avoisiner les 4 ou 5 mètres.
Les techniques de saut et d’enroulage sont très importantes pour négocier au mieux les différents obstacles mais lors des compétitions la technique ne suffit pas. La concentration, la vivacité d’esprit, l’intelligence de course et le mental y jouent également un rôle prépondérant. Même si le Bicross est un sport individuel, une dynamique de groupe est indispensable pour progresser. C’est ainsi, au sein du groupe que chaque individu peut apprendre le goût de l’effort et la maîtrise de soi mais aussi la rigueur et l’humilité. Le Bicross est un sport de référence tant d’un point de vue technique que physiologique. En effet, de nombreux grands champions actuels sont issus du BMX. On les retrouve aussi bien dans le cyclisme, le VTT ou le Motocross mais aussi dans des disciplines plus inattendues comme le ski, le hockey sur glace ou la course automobile.